header_image
Vos résultats de recherche

Avenue Emile-Zola – Paris 75015

publié par admin sur décembre 1, 2017
| 0

L’avenue Emile-Zola dans le 15ème arrondissement de Paris

 

Fiche technique

L’avenue Emile-Zola est une rue du 15ème arrondissement parisien. Cette longue rue 1 330 mètres et de 20 mètres de large alterne entre constructions anciennes et modernes. Elle commence au niveau du rond-point du Pont-Mirabeau pour finir au 46 rue Fondary et 40 rue du Commerce. Elle est parsemée de petits commerces de proximité qui lui confère un cadre de vie de quartier très agréable. La circulation en voiture y est fluide de nombreux espaces de parking existent pour se garer. On peut aussi trouver des bornes d’autolib et de vélib à plusieurs reprises. Pour se rendre dans l’avenue Emile-Zola, vous pouvez aussi faire le choix des transports en commun puisque la rue est traversée par une ligne de bus ou bien l’éternel métro avec la ligne 10 en vous rendant aux stations Avenue Emile Zola, Charles Michels et Javel-André Citroën, l’arrêt le plus proche. Depuis 1907, le nom de l’avenue est un hommage au grand écrivain français, et même parisien d’ailleurs : Emile Zola (1840-1902). La popularité du quartier et sa qualité de vie attire toujours plus de nouveaux propriétaires. Le prix moyen d’un logement situé dans l’Avenue Emile Zola est situé désormais entre 7 671 € et 10 687 selon le type de biens.

 

Un peu d’histoire

La voie héberge une célèbre statue pour honorer l’écrivain Emile Zola. L’œuvre a été réalisée en 1924 par Constantin Meunier et fondue sous l’Occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale. Elle possède plusieurs inscriptions de parte et d’autre du piédestal. Outre le nom de l’artiste et ses dates de vie et de mort, on peut lire l’inscription à l’arrière : « La vérité est en marche, et rien ne l’arrêtera. Qui souffre pour la vérité et la justice, devient auguste et sacré, jeunesse, jeunesse, souviens toi des souffrances, que tes pères, ont endurées, des terribles batailles où ils ont dû vaincre, pour conquérir la liberté, dont tu jouis à cette heure, jeunesse, jeunesse, soit toujours avec la justice, si l’idée de justice s’obscurcissait en toi, tu irais à tous les périls, il n’est de justice que dans la vérité, il n’est de bonheur que dans la justice. » Plus tard en 1985, une stèle fut construite en hommage à Emile Zola. C’est ensuite en 2000 qu’un bout de l’avenue prit le nom de la place Alfred-Dreyfus.

Promenons-nous dans la rue.

L’avenue est un axe assez imposant. Composée, pour la moitié, de jolis bâtiments d’époque, elle dispose de très belles façades. C’est le cas notamment du numéro 76 de la rue, qui possède un magnifique immeuble d’angle créé par l’architecte Jules Longuet en 1907. Observez bien et repérez les deux grosses fleurs de pavot finement ciselées, au creux qu’une double volute. Autre bijou architectural : l’immeuble de la Mutuelle des chambres syndicales du bâtiment. Il a été érigé en 1966 aux numéros 144 et 120. Ce mélange harmonieux entre façade rétro et briques roses renvoie une tendre luminosité dans la rue. A fur et à mesure que votre descente vers l’aval de l’avenue, vous pourrez repérer ci et là les petits détails qui font de Paris une ville si charmante tel que les colonnes Morris, les bancs publics, les petits squares de verdure, … Presque toute la rue est arborée par des tilleuls, arbres dont l’odeur et la fraicheur sont requises pendant des chauds étés parisiens pour respirer. Une plante grimpante coure sur le grand mur de pierres au 95 et nous rappelle que la nature est aussi très esthétique. Le début de la rue, à hauteur des quais, est également atypique et totalement dégagé. Cela permet à la lumière et aux voitures de s’engouffrer facilement dans l’avenue pour le bonheur de tous. Rajouter à cela la praticité des commerces de proximité qui jalonnent la rue, vous obtiendrez l’équation parfaite pour un chez-soi de qualité avec tous les avantages qui incombent à la ville.