header_image
Vos résultats de recherche

Rue Cambronne – Paris 75015

publié par admin sur novembre 8, 2017
| 0

La rue Cambronne dans le 15ème arrondissement de Paris

 

Fiche technique

La rue Cambronne se situe dans le 15ème arrondissement parisien. Elle débute place Cambronne entre le boulevard Garibaldi et la rue de la Croix-Nivert pour finir dans la rue de Vaugirard. Elle croise la rue Lecourbe et la rue Blomet. La rue Carrier-Belleuse, la rue Paul Chautard, la villa Croix-Nivert, la rue Miollis, la rue Robert-Fleury, le square Charles-Laurent, la rue Mademoiselle, la rue du Général-Beuret, possèdent quant à elles, leur début ou fin de voie dans la rue Cambronne. Sa longueur est de 810 mètres pour 18 mètres de large en moyenne. Dans l’ensemble, c’est une petite rue sympathique, en majorité ombragée, et avec beaucoup de commerces de proximité.  Le prix moyen au m2 pour un appartement rue Cambronne est estimé à 9 043 €, pour une fourchette de prix comprise entre 7 533 € et 10 549 € selon les bâtiments.

Grâce à son double sens de circulation, la route est assez facile d’accès. Des places de parking sont disponibles tout le long de la rue. On peut trouver également des bornes de recharges pour véhicules électrique. Si vous êtes plutôt deux roues, les motos peuvent aussi se garer facilement et deux bornes de vélib sont à disposition. Un couloir de bus descend l’axe routier et accueille la ligne 80. Pour ceux qui préfèrent le métro, il est possible de descendre à la station Cambronne pour la 6, Volontaires et Vaugirard pour la 12 ou encore La Motte-Picquet Grenelle pour les lignes 6,8, 10.

Un peu d’histoire

A son origine, la rue est un hommage au Général de l’Empire Pierre Jacques Etienne Cambronne (1770-1842). Son nom lui a été attribué le 24 août 1864. La place Cambronne porte elle aussi le nom de cette figure militaire. Le tracé de la route apparaît sur le plan de Roussel de 1730 sous forme de chemin. A l’époque, il s’agissait d’une chaussée plantée de plusieurs rangs d’arbres majestueux, formant une allée ombragée de Vaugirard aux Invalides, à côté de l’ancienne Ecole militaire. La voie s’appelait alors « Chaussée pavée » ou « pavé de la Folie » par rapport au nom d’une maison de campagne qui avait été construite alors sur le terrain. Puis le chemin grandi et on l’appela alors en 1800 : rue de l’Ecole. Elle sera ensuite inscrite sur le plan cadastral de la commune de Vaugirard en 1811, puis reçue ses limites et le nom que nous lui connaissons désormais en 1864. Les travaux de la place du General Beuret englobèrent cependant une partie de la rue en 1907.

Promenons-nous dans la rue

La verdoyante petite rue Cambronne allie le moderne et l’ancien sur le plan architectural. En son amont, on y observe un pont de fer caractéristique du métro parisien. Face à lui la voie menant à la rue Vaugirard est une rue attirante par ses façades Haussmanniennes et ses arbres. Aussitôt que l’on s’y aventure, on est saisi par l’espace inattendu qui se dégage sur la droite, à côté de l’hôtel. Cette notion de grandeur est renforcée par l’audacieux mur végétal qui se termine dans un petit carré de verdure. Du côté des numéros impairs de la rue, tous les bâtiments sont d’époques et finement construits. Parmi eux, on observe le n°17 dont le rafraîchissement de façade effectué nous permet d’admirer la couleur chaleureuse de la pierre et les détails harmonieux de la taille. Tout en continuant votre descente, vous trouverez ci et là quelques bancs publics, un kiosque à journaux et même un fontaine Wallace au niveau de la patte d’oie. Depuis ce point, retournez-vous et observez le merveilleux bâtiment de qui fait l’angle entre la rue Mademoiselle et la rue Cambronne. Notez que l’artiste contemporain Marcel Chassard, peintre et lithographe vécut au 54 de la voie. Continuez de poursuivre votre balade au gré du vent, en vous attardant chez les petits commerçants et ainsi y découvrir la vie du quartier. Ne ratez pas au 103 la charmante maisonnette, témoin d’un passé proche qui nous laisse toujours rêveur. Sur la fin de la promenade attardez-vous devant les portes d’entrées des immeubles : elles valent le coup d’œil et laissent apparaître parfois des trésors cachés, à l’image de la rue Cambronne.