header_image
Vos résultats de recherche

Rue Mademoiselle – Paris 75015

publié par admin sur novembre 7, 2017
| 0

La rue Mademoiselle dans le 15ème arrondissement de Paris

 

Fiche technique de la rue

Le terme de « Mademoiselle » a peut-être disparu des formulaires administratifs français mais n’a jamais quitté Paris. En effet, la charmante rue Mademoiselle du 15ème arrondissement parisien existe depuis bien longtemps et continuera de nous ravir encore quelques temps. Cette petite voie escarpée porte bien son nom : de ses abords verdoyants à ses courbures enveloppantes, son architecture lui donne des accents frais et féminin. Cependant, l’origine de son nom lui vient en réalité de Louise Marie Thérèse d’Artois, la fille du frère cadet du roi, que l’on surnommait « Mademoiselle ». Cette dernière aurait participé, en 1827, à la pose de la première pierre de l’église Saint-Jean Baptiste de Grenelle qui se situe en amont de la rue. Cet axe de 665 mètres de long pour à peine 12 mètres de large, part de la rue des Entrepreneurs pour déboucher au carrefour de la rue Cambronne et de la rue Lecourbe. Il traverse la rue de la Croix-Nivert ainsi que la rue de l’Amiral-Roussin. Aussi, la rue Gustave-Larroumet, la rue Joseph-Liouville, la rue Quinault, la rue du Docteur-Jacquemaire-Clemenceau, la rue Péclet et la rue Robert-Fleury débutent, ou se terminent, dans la rue Mademoiselle. En 1863, la jonction fut rattachée à la voirie de Paris. Désormais son prix au m2 est estimé entre 7 670 € et 10 536 € selon les structures.

 

Pour circuler

Bien que petite, la rue Mademoiselle s’est organisée au fur et à mesure des années pour être empruntée par différents types de transports. Des places de parking ont été agencées tout le long mais sont prisées. A noter que la rue est entièrement à sens unique. Nonobstant son étroitesse, elle possède tout de même plusieurs lignes de bus, la 70, 80, 88, qui desservent l’arrêt Peclet. Vous pouvez aussi trouver des bornes d’autolib disponibles. Le moyen de transport le plus emprunté est bien sûr l’incontournable métro, accessible avec la ligne 8 depuis la station Commerce et Felix Faure ainsi que Volontaires pour l’autre versant de la rue avec la ligne 12.

 

Promenons-nous dans la rue

Ce qui frappe tout d’abord lorsque l’on s’aventure dans la petite rue Mademoiselle, c’est sa luminosité. En effet, la rue possède l’avantage d’avoir des bâtiments relativement bas, ce qui renvoie une sensation de clarté très agréable. Le peintre François Heaulmé, expressionniste contemporain de l’Ecole de Paris, l’avait d’ailleurs déjà remarqué puisque qu’il y vécu pendant 5 ans au sortir de la seconde guerre mondiale. Outre la lumière, le fait de circuler dans une rue resserrée mais aérée, procure une sensation de bien-être immédiat. On ne se sent pas le moins du monde étouffé mais plutôt protégé. Ce phénomène est renforcé par a présence de verdure tout le long de la route et par son aspect de petit quartier convivial. On peut aussi y trouver une école primaire au 83, ainsi qu’un accès à l’arrière du collège/lycée Camille-Sée au 28. Tout naturellement, cela fait de cet axe un lieu résidentiel où il fait bon vivre, avec une alternance de façades haussmanniennes et de bâtiments plus récents. C’est le cas notamment de l’immeuble situé au 14 de la rue qui impressionne avec ses fenêtres monolithiques. On peut noter également les bâtiments Art Nouveau décorés par Alexandre Bigot aux 76 et 78. Bien que la rue ne soit pas des plus animées, elle possède toutefois ses commerces de proximité qui facilitent la vie de bien des locaux. Et comble de praticité pour les férus du shopping, la rue se situe à quelques pas de la célèbre rue du Commerce, d’où l’on peut trouver absolument tout ce que l’on recherche et même ce que l’on ne recherche pas ! Vivre dans la rue Mademoiselle, c’est donc l’équilibre parfait pour profiter des attraits de la ville tout en vivant dans un cadre résidentiel reposant et ressourçant.